Top
Défilé de mode digital

Le digital à son paroxysme, l’exemple de la semaine de la mode parisienne.

Il y a encore quelques temps, le grand calendrier des défilés de la semaine de la mode parisienne était uniquement accessible sur invitation. Et les shows « physiques » n’étaient dévoilés qu’à une poignée de VIP et clients fortunés.
Aujourd’hui, et ce depuis l’annulation des événements, les grandes maisons ont pris un virage serré et ont ouvert leurs portes au monde entier via le canal digital.

En effet, Paris, capitale de la mode, ne pouvait s’arrêter de faire rêver.

Après un an de restrictions, les créateurs et leurs équipes ont su réagir et s’approprier de nouveaux leviers pour présenter leurs collections d’une manière tout à fait nouvelle, créative et rafraichissante.
Depuis l’apparition du coronavirus, il a fallu se réinventer, et la PFW est l’un des meilleurs exemples d’adaptabilité.

La fédération de la mode a su non seulement rester fidèle à ses valeurs : créativité, savoir-faire et attractivité internationale, tout en tenant compte de ses deux principaux enjeux : innovation digitale et développement durable.

Au cours de ces douze derniers mois, les directeurs artistiques ont intégré les potentialités du digital et étendu leurs collaborations avec des secteurs divers : cinéastes, vidéastes, slameurs, danseurs pour atteindre de nouveaux publics.

L’occasion aussi d’investir des lieux inédits, actuellement fermés au public : l’aéroport de Roissy pour Balmain, le Louvre pour Louis Vuitton, la boîte de nuit le Castel pour Chanel, la galerie des Glaces du château de Versailles pour Dior ou encore le Château de Chambord pour Celine.

Défilé de mode digital Balmain
Défilé de mode digital Dior

De quoi immerger les internautes, donner une plus-value aux présentations des collections et apporter, malgré leur fermeture, une belle visibilité à ces lieux de plaisir et de culture !

Ce que l’on retient : cette créativité augmentée est si marquante qu’elle ne pourra disparaitre une fois les shows réels de nouveau autorisés. Les retombées et la visibilité des opérations sont si importantes que les marques ne voudront plus se passer de ces leviers. On prend les paris, les défilés seront désormais présentés en phygital.

Pour conclure, n’oubliez pas : nous avons connu, en seulement un an, une avancée de l’utilisation du  secteur numérique équivalente à cinq années.

Alors, si vous n’avez toujours pas pris le tournant 2.0… qu’attendez vous ? Contactez-nous !